Agir avec méthode sur vos encours client !

photo d'un tableau de bord sur un PC représentant la gestion des encours facilité par la solution Matys

02/10/2019

photo d'un tableau de bord sur un PC représentant la gestion des encours facilité par la solution Matys



Les outils bureautiques et les logiciels de comptabilité permettent de réaliser un premier niveau de relance créances client mais, très vite, le besoin de s’équiper avec un logiciel métier de crédit management se fait très vite ressentir. En effet, plus la volumétrie facture et le nombre de clients actifs augmentent, plus l’entreprise se doit de s’équiper de solution capable d’automatiser la relance créances et de communiquer une information financière à jour.

Les logiciels de recouvrement permettent de professionnaliser la relance client, de faire des gains de productivité versus les outils de bureautique et de gagner en jour crédit client (DSO).

Voici 3 conseils pour bien choisir son logiciel.

Simplicité : Un gain de temps certain

Cela peut sembler évident et logique mais il est important de garder en tête que c’est au logiciel de s’adapter à vos systèmes de données internes (commerciales et comptables) et non le contraire !

Ainsi, les logiciels flexibles qui proposent des modules d’intégration optimisés et simplifiés, sans étape intermédiaire de retraitement, sont à privilégier car c’est autant de temps gagné et d’économies réalisées sur la mise en place opérationnelle d’un logiciel.

La simplicité et les gains de productivité que permet un outil dédié se mesurent également par la puissance du paramétrage des scénarios de relances et l’étendue des modèles courrier et email proposés sans surcoût.

Mesure immédiate de vos résultats

C’est bien de constater la satisfaction de vos équipes dans leurs actions quotidiennes mais c’est encore mieux de pouvoir quotidiennement suivre les principales causes de retards et optimiser leur traitement.

De plus, la qualité d’un logiciel du poste client se mesure aussi par la pertinence des indicateurs de mesures fournis par défaut (délai moyen de paiement, taux de retard, encaissements en valeur, taux de litiges…).

La présence et l’historisation de ces indicateurs rendent compte en permanence du niveau d’efficacité de votre stratégie et de ses conséquences sur l’amélioration de votre BFR.

Fort degré de personnalisation métier

Enfin, un autre critère qualitatif (et pas des moindres !) est la capacité d’un outil à s’adapter parfaitement à la structure et l’environnement dans lequel il est intégré (agenda personnalisable selon des priorités d’actions paramétrables, plans et scénarios paramétrables par typologie de clients, connexion directe avec des données métiers internes ou externes, …).

Ainsi, l’agilité et la flexibilité qu’offrent uniquement certains outils logiciels comme Matys sont autant d’éléments qui facilitent l’acceptation, la formation et la prise en main de vos collaborateurs. De plus, ces facultés d’adaptation aux spécificités de chaque organisation, même les plus complexes, sont des garanties de succès supplémentaires dans un projet de réduction des impayés clients.

En optimisant et structurant son parcours débiteur, grâce au logiciel, l’entreprise va pouvoir reprendre l’avantage sur ses débiteurs les plus récalcitrants, avec pour bénéfice d’améliorer sa trésorerie, diminuer ses créances douteuses et d’avoir une bonne connaissance des habitudes de paiement de ses clients.

Retards de paiement clients ? Creansoft vous présente Matys, le logiciel de recouvrement de créances.

FY : L’encours clients est, paradoxalement, la donnée financière qui pénalise la trésorerie des entreprises. Vos clients ne sont pas de mauvais payeurs, mais les […]

Lire l'article
Le logo de Matys et celui de Finyear qui est l'image de mise en avant de l'article

Interview – Gestion du Poste Client : Creansoft à l’heure de la co-expertise.

L’encours clients est, paradoxalement, la donnée financière qui pénalise la trésorerie des entreprises. Pourtant tous les clients ne sont pas de mauvais payeurs ni […]

Lire l'article
 qui est l'image de mise en avant de l'article